Métis-sur-Mer étant tout près des limites séparant la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, nous ne pouvions passer à côté des quelques attraits incontournables qui nous faisaient faire marche arrière sur notre point initial. C’est donc un peu une frime, si le titre de cet article s’intitule « Gaspésie ». Il faut garder en tête que ce texte est la suite de l’autre, la précédente de la suivante et que le tout, doit donc être pris de façon globale. Donc, voici notre petit croche dans le Bas-Saint-Laurent, presqu’en Gaspésie.

Pour combler les curieux d’histoire de la famille, nous avons été bien servis avec le site historique maritime de la Pointe-au-Père, à Rimouski. Sur place, nous avons visité l’Onondaga, un sous-marin de la Marine royale canadienne ayant été transformé en navire musée. C’est le seul de ce genre au Canada. La visite se fait sous forme de circuit autoguidé, où chaque section nous dévoile comment vivent les sous-mariniers. À la fois intéressant et surprenant! Et pour les encore plus très curieux, sachez qu’il est possible de pousser l’expérience et d’y passer la nuit! Nous ne l’avons pas essayé, préférant retourner dans notre rustique, mini, mais très charmant chalet.

Plus loin sur le site, vous trouverez également une exposition sur l’Empress of Ireland, présentant entre-autres des témoignages de quelques passagers ayant survécus à son naufrage. La visite se termine par un court film multisensoriel, montrant la reconstitution de la journée qui a précédée la tragédie, à seulement quelques kilomètres de la côte en 1914. Une visite parfaite par temps pluvieux!

Passant par cette région, nous ne pouvions manquer le parc national du Bic. Vous saviez que plusieurs établissements de la Sépaq croiseront votre route si vous vous promenez dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie? Nous avons dû choisir, justement parce que l’offre était assez grande et que ce n’est pas les 5 membres de la famille qui affectionnent le plein air autant que moi! Comme nous restions le long de la côte, nous avons opté pour celui-ci, pour y faire de la randonnée et de l’observation de la faune. C’était pour ainsi dire, l’activité qui comblait mes goûts à moi. Nous avons eu la chance d’observer des cerfs de Virginie en forêt, un peu discrets, mais tout de même présents! Et dans les baies, nous avons observé quelques phoques communs, au repos sur les roches à marrées baissantes. Il faut noter que nous étions un peu trop tôt dans la saison pour que l’observation de phoques soit optimale. Mais quelques individus étaient tout-de-même au rendez-vous! C’est un parc qui offre de la randonnée dans des environnements très diversifiés, ce qui est très intéressant pour la photographie.

Voici en images ces deux jours de belles découvertes. Je vous reviens avec la troisième et dernière partie de ce séjour sous peu.